Shut Down

IMG_3962.JPG

Ca y est nous y sommes … Demain Skynet coupe la lumière …

Dans l’ombre nous œuvrons sans relâche afin de pouvoir vous proposer une nouvelle formule de notre daily blog, pour le moment et au risque de me répéter vous pouvez toujours nous suivre via notre compte Instagram ….

Presque 8 ans passés à vos cotés en vous distillant photos et histoires, espérons que la solution d’export sera trouvée avant le shut down de la plateforme… Merci de nous avoir suivis en ces murs …

Les cartons sont faits, les valises aussi, reste plus qu’à couper l’eau et Skynet s’occupera de couper la lumière …

See U there boys and girls…

 

2017

IMG_0764.JPG

 

IMG_2205.JPG

 

IMG_2602.JPG

 

IMG_3863.JPG

 

IMG_3966.JPG

 

IMG_1322.JPG

 

2017 c’était aussi le BUlli Summer Fest, la bourse d’Auby, la Love bug Parade, une belle ballade sur les bords de la Moselle au pays de la bière et de la saucisse, le nouveau jouet de Mr VTG ramené par la route depuis Manchester, mon nouveau jouet ramené par la route depuis la Hollande, mais aussi des bornes, des burgers, le rencard du bout de la rue et j’en oublie ca c’est sur ….

 

Merde 2017 aura été aussi une putain d’année…

2018 s’écrit peu à peu, avec comme bad news de l’année la fermeture de la plateforme Skynet … L’aventure continue pour le moment sur Insta et sans doute ailleurs avec un autre formule …

Stay tuned

Follow us

Pour continuer de suivre nos aventures … Suivez nous sur INstagram. Vous n’avez pas forcément besoin de vous abonner, il vous suffit d’un accès à internet … Alors en attendant mieux , c’est par ici que ca se passe.

 

instagram-logo.jpg

Vous y retrouvez des photos tous les jours, des stickers, des news fraiches de l’atelier and much more. Alors oui c’est en anglais, mais il y a une interface qui vous permets la traduction… Venez nous rejoindre sur ce nouveau support, c’est presque comme avant sauf que les news sont postées le matin …

Rejoignez nous sur Instagram

Et Pendant ce temps la ….

Pendant que les CRS et leurs armures font la une du vingt heures, pendant que les tulipes font la fête au fond de mon jardin (genre open bar, before et after), pendant que certains se posent des questions sur l’avenir de notre planète et pendant que la famille de feu Johnny continue de se déchirer…

 

fin du blog.jpg

Et bien pendant ce temps là, nous sommes Mardi et c’est le cœur gros que je vous écris cette chronique. La nouvelle commence à faire le tour des divers blogs qui peuplent la Skynet’planet. Comme beaucoup d’autres bloggeurs, je recevais la semaine dernière (juste après ma chronique aux allures de remerciements …) un mail de l’équipe Skynet m’informant que le 31 Mai 2018 la plateforme s’arrêterai purement et simplement sans autre forme de procès. Si au début j’ai cru à une mauvaise blague voire même une tentative de fishing, il a  bien fallu se rendre à l’évidence, le 31 Mai de cette année l’aventure en ces murs sera terminée.

Si l’on en croit Skynet, leurs missions ont évoluées (ce qui est sans doute vrai) et je cite « Mais au fil du temps, nos missions ont évolué et il est à présent temps de clôturer ce chapitre de notre histoire. » Permettez moi de douter un peu et plutôt que de croire au Père Noel, croire surtout au fait que nos petits blogs coutent au final plus d’argent qu’ils n’en rapportent (je sas de quoi je parle vu que je paie l’hébergement de notre site internet et je vous assure que ce n’est pas donné… mais c’est chez moi). Bref ils ont leurs raisons qui à leurs yeux sont certainement légitimes et je ne fais que constater et donner mon avis, piquant certes. En bons princes ils ont proposés une solution de repli qui même si elle parait belle sur le papier ne me parle pas des masses. Repartir sur une autre plateforme qui à son tour fermera ses portes; parce que  Jean-Pierre Kapital et ses copains actionnaires ont décidé de rayer les bloggeurs et leurs conneries d’un autre siècle d’une des lignes budgétaires pour s’en mettre un peu plus dans les fouilles; (Je peux me lâcher, c’est encore un peu chez moi et puis de toute façon après les données seront compressées.) n’est pas forcément une solution qui trouve grâce à mes yeux. Mais voilà tout ceci prendra fin le 31 Mai, un délai fort court au vue des nombreuses conneries que je voulais encore partager avec vous, mais voilà il nous reste deux mois à passer du temps ensemble en ces murs, après il faudra faire nos cartons.

 

Si la date de fin est annoncée est proche il nous faut nous ressaisir et continuer cette aventure car tout ne peut pas s’arrêter comme ca, déjà parce que ce serait complètement con et deuxièmement parce que je n’en ai pas envie. Je pense que ce sont deux raisons largement valables. Dans un premier temps vous allez pouvoir continuer de nous suivre via notre Compte INstagram que d’ailleurs vous êtes de plus en plus nombreux à rejoindre, merci à vous… L’inconvénient étant que je pourrais difficilement y glisser des chroniques à rallonges. Dans un second temps nous sommes déjà en train de plancher sur l’avenir. Pour ce faire nous avons déjà interrogés quelques amis et lecteurs de ce blog afin d’avoir leur ressenti sur ce qui pourrait être la suite des évènements.

Pour ne pas influencer votre jugement mes très chers lecteurs, je tairais pour le moment ce qui est déjà ressorti de ces discussions houleuses et endiablées, et je vous invite à me laisser votre avis ici en commentaires ou alors par mail à  therascalscats@gmail.com  … Plusieurs envies et certains projet toujours remis à plus tard verront sans doute le jour grâce à cette fermeture, sans doute un mal pour un bien, mais je peux vous assurer que le blog renaitra de ses cendres d’une manière ou d’une autre.

Quatre jours que je me pose la question de savoir quoi faire jusqu’au 31 Mai, je vous propose une rétrospective de nos huit ans passés ensemble, mais aussi quelques photos inédites assorties d’histoires sans doutes un peu plus piquantes (on s’en fout de toute façon le 31 ils coupent la lumière…)…

Stay Tuned, la lumière est pas encore éteinte.

 

 

 

Et Pendant ce temps la …

Pendant que le éboueurs emboîtent le pas des cheminots dans un mouvement de grève censé faire bouger les foules (accessoirement ca fait un peu chier le monde) , pendant que la semaine dernière notre pote Jonath FJ et sa douce rejoignaient non sans mal les plaines du Texas, pendant que s’apprête à sortir des presses un Hors-série Vintage/Oldspeed made in Super VW (oui monsieur), pendant que Franck (mon T25) disait au revoir à la banquette de pickup hors d’âge et accueillait un vrai siège passager nous permettant par la même  occasion de profiter du Walk-machin et pendant que le monde et sa bêtise n’en finit pas de nous surprendre …

 

IMG_2055.jpg

Et bien pendant ce temps là, nous sommes Mardi, il est 22 heures passées au moment ou je commence de rédiger cette bafouille et une fois de plus je bosse à l’arrache et dans l’urgence. A se demander si mes années d’intermittent au service du spectacle vivant n’ont pas déteints sur ma vie de tout les jours. Mais ceci est une autre histoire, que peut-être je vous conterais celle ci un de ces jours.

Entre ces deux paragraphes, deux heures viennent de s’écouler et je ne sais toujours pas comment articuler cette foutue chronique. Certains d’entre vous m’ont gentiment fait remarquer que la catégorie « Because we love stickers » semblait être à l’arrêt et force est de constater que je ne peux pas leur donner tort. Cette catégorie plébiscitée à un moment se voit depuis quelques temps légèrement boudée, sans doute car depuis peu j’ai tendance à élargir le cadre et shooter les autos dans leur ensemble, alors que quelques années en arrière je me focalisais uniquement sur les détails. Maintenant va falloir se ressaisir et être capable de faire les deux pour à la fois contenter ceux en quête d’une photo intégrale et ceux fans de détails, accessoirement cela fera ressortir de l’ombre des rubriques oubliées mais au demeurant sympathiques. Connaissant mon inclinaison pour les matières autocollantes surtout si elles sont pleines de couleurs frivoles, certains m’en ont envoyé par la Poste voire même remis en main propre, du noir , du orange, du racing, du celebration, du collector … Il n’y a pas à dire vous m’avez gâté.. Sans doute avec ce geste ont ils tentés de faire revivre cette rubrique oubliée en me donnant un coup de pied au cul pour relancer la machine. Les amis j’ai compris le message, Merci …

Alors pendant qu’il me fallait trois plombes pour rédiger cette chronique qui finalement a plutôt l’air d’une lettre de remerciements, je recevais des quatre coins de la France (mais aussi de plus loin) des stickers comme si c’était NOël afin que les rubriques de ce modeste blog ne tombent pas dans l’oubli … Me faire prendre un coup de pied par mes fidèles lecteurs, ca c’est fait …

 

 

 

 

Et Pendant ce temps là …

 

Pendant que la folie des hommes se fait hymne à la violence, pendant que je continue d’apprendre et de perfectionner l’utilisation de notre compte Instagram ( Antho, c’est vraiment ca qu’il te faut …), pendant que tout un tas de pièces arrivent de de l’autre coté de l’Atlantique pour mon plus grand bonheur (on en reparlera), pendant que les politiques continuent de nous prendre pour des lapins de 6 semaines et pendant que mon bon pote Jonath FJ réponds au « Texas Calling » printanier …

 

https://player.vimeo.com/video/259122730

A Great Greek Adventure from gravityking productions on Vimeo.

Et bine pendant ce temps là, je te propose de découvrir de nouveaux horizons. Ce n’est pas une nouveauté et je pense qu’à force tu as fini par intégrer que trainer sur la toile est un faut établi venant de ma part. J’aime chiner et étant attiré par tout ce qui est cool et à moteur, le longboard oldschool, le vintage et l’architecture; l’étendue de mes glandages sur la toile est assez impressionnante. Ne nous voilons pas la face depuis que j’ai Instagram en permanence avec moi au fond de ma poche cela a fortement décuplé cette capacité à m’abreuver d’images. Mais même si je trouve plaisant d’avoir les infos qui m’arrivent toutes cuites au fond de cette dite poche, je ne peux m’empêcher de chiner les infos sur tout un tas de support différents, Tumbl’r, Skynet, otherdrive, Facebook (eh oui …) Instagroum, youtube, vimeo etc … Ety bien sur tout ca sans délaisser pour autant le marchand de journaux… Le papier c’est pas forcément écolo mais ca survivra au grosBigbang de l’INternet .

Au gré de mes envies, au gré de mes ballades j’ai forcément découvert ce qui à mes yeux sont des pépites et j’ai violon tiers délaissés ce qui ont confondus passion et buisness, faut bien des ronds pour faire bouillir la marmite mais faut pas nous prendre pour des cons non plus. A ces gens bien intentionnés au départ mais pervertis par le système actuel du profit immédiat, je leur préfèrent des gens plus simples au premier abord mais qui partagent leur passion volontiers, sachant donner de leur temps sans se demander si ils auraient du te facturer les 10 minutes passées avec toi (en réel comme en virtuel) parce que tu comprends eux ce sont des stars du milieu … Soit …          Fais une pause papa , respire … ca ira mieux…

Revenons à nous moutons, donc en glandant, non en cherchant des vidéos dignes d’intérêt à vous proposer et à vous programmer pour le week-end, je suis tombé sur les vidéos de l’équipe de GravityKing un peu, enfin non totalement par hasard. Je ne me souviens même plus par quel type de recherche je me suis retrouvé à mater une de leur vidéo. Ah oui parce que chose importante, toutes les vidéos (sans exception) ont été sélectionnées par mes soins et ont été visionnées au moins une fois. Nous y reviendrons dans une prochaine chronique ou je t’expliquerais comment il y a sept ans je suis devenu bloggeur malgré moi …

Un Samedi, ou un Dimanche (à la limite un jour férié) je proposais donc une des dernières vidéos du moment signée Gravity king Production. Je ne sais pas d’ailleurs si cette vidéo vous a plu, voire même si les vidéos proposées en général vous plaisent … Bref, chose inhabituelle en revanche, je reçois quelques jours plus tard un petit mail de Roman qui me remercie d’avoir partager cette vidéo sur notre blog. Après discussion avec ce dernier, son petit LT m’a tapé dans l’œil,( j’y peux rien si j’aime les camions …) nous envisageons sérieusement que nos routes se croisent qu’elles soient ensoleillées ou enneigées. La vie choisira pour nous et cette rencontre n’aura finalement jamais lieu. Dans ces moments on se dit juste qu’on a partager une vidéo sympa et que le producteur de cet vidéo a pris la peine de nous remercier et point barre. Oui, mais non. Il y a deux semaines Roman me donnait de ses nouvelles et partageait avec moi le récit en anglais de ces dernières aventures en Grèce, mêlant LT Camper, neige et bonnes vagues … J’ai lu le récit un peu en diagonal il faut bien l’avouer mais la vidéo ci-dessus parle d’elle même …

Pour les plus fouineurs d’entre vous, je vous livre le texte en anglais …

The great Greek adventure or how we ended up snowboarding and surfing in
Greece.

From Greece you might expect perfect sunsets and nice beaches with clear water where
you can hang out in your typical summer holiday. But Greece has a very different side
during the off-season winter months.

A snowboard- and surf-trip to Greece has been on my mind for a couple of years. I can’t tell
what has caught my interest exactly, but suddenly I found myself going through satellite
images and maps of the area. My family spent most of their summer holidays in Greece
when I was a little kid, but back then I was neither into snowboarding, nor surfing.
With one of the worst winters to hit the Alps in decades and a record snowfall in Greece,
the decision to leave Switzerland was easy and we set sails.
Surfing in Greece?

We knew that the coastline picks up the prevailing south swells quite good just a little bit
south of Igoumenitsa, where our ferry arrived. Rolling into Parga just after sunset, a local
spotted the boards on our van and approached us. Five minutes later, we were invited to
join him surfing “a local spot” the next morning.
Castro – the region’s most iconic point break – was expected to light up and it was just
around the corner. Even though we had to get used to the short period swell with waves
coming in every eight seconds, the quality of the waves was surprisingly well and after
checking out a beach break in Paralia the next day we knew about Greek perfection. Once
more to our surprise, we were surfing very clean lines, even though the seven second rapid
fire was a bit of a problem for me here, making me spending most of the time in the impact
zone.

Hitting the snow Kalavryta
Stoked from surfing the Mediterranean for the first time we headed towards the
Peloponnese peninsula where we would meet Janne and Gabe to complete the group. The
road seemed endless and was closer to an assembly of potholes than to an actual street. I
was ready to hear my campervan’s chassis crack for the last time at any second.
“Greece is a very mountainous country, in fact the third most mountainous in Europe after
Norway and Albania.”
The mountains in the Peloponnese stand pretty tall and especially from Kalavryta, our resort
of choice, the highest peak offers a 360° vista where you can see straight down to the sea
almost all around you. Imagine, when you can see the ocean from the mountain, moisture
and wind can come to the mountain, too. And they do it quite often and with a staggering
speed. This led to the first two days of our expedition spent inside a gigantic cloud of fog.
Every once in a while we could sneek a peak on mountain ridges and trees helping us
assemble the terrain in front of our inner eye. But for a true Greek riding experience, we
were desperately waiting for that clear skies forecast with little wind for two to three days
that was coming up. Meanwhile we used the time to get into the Greek skiing culture which
is – compared to the one we have in the Alps – pretty mellow. Lots of first-timers wearing
only jeans (no beanie, no gloves, no goggles: pretty badass concerning howling winds and

fog at -5°C) and snowboarders seem to be rebels just like we were in the Alps in the early
90ies.
Once the clouds cleared up, the mountain showed his potential: numerous peaks were
waiting to be ridden. So many in fact, that we had to narrow our choice down to two
northwest facing runs close to each other where the snow- and avalanche conditions would
be pretty much the same. Checking all the terrain would have been a matter of weeks, and
we only had two or three more days left as our next adventure was already waiting for us.

Mt. Olympus
250km north (beeline): a whole different story. With only a few villages scattered around,
the Mount Olympus massif, home to the ancient Greek god Zeus and his fellas, offers some
extremely remote terrain. You have to really know into which valley you drop, as you can
easily end up in one that has no roads whatsoever. This can be a life-threatening situation,
because you won’t find mobile coverage either. To sum it up in one sentence: if you go
freeriding in Greece, you are pretty much on your own.
Therefore, we opted for a guide to take us to the gods. Akis is a professional Greek
mountain guide and he showed us around for three days. Not only did he know where we
could find the best snow conditions, he also knew a good restaurant wherever we ended up.
It’s like almost anywhere, nothing beats local knowledge. The views from the Olympus
range are incredible and if you hit it right you can get runs with almost 3’000m vertical drop
as the peaks are only 17km away from the Aegean Sea.

All good things come to an end
What is really special about surfing and snowboarding in Greece: the locals are incredibly
friendly and welcoming. While in other parts of the world, you risk a stink-eye if you paddle
into a “secret” lineup or hike up a slope, the Greeks are very helpful with information and
the fact that two Swiss, a German and a Finnish guy came to explore their waves and
mountains made them exceptionally proud. To top off our adventure, we spent our last two
days in a very small resort named “Elatochori” where the locals already knew we would
come and wanted to know if we are the “Swiss crew” upon arrival.
Three lifts, two of them diesel-driven, and a handful of slopes winding down gently through
pine trees. With the spring breeze in the air, the views of Mt. Olympus on my right and the
looks into the seemingly never ending hills to the left I knew, the decision to leave
Switzerland was right.

©Roman Meister -Gravity King

 

helmos_vansatnight.jpg

 

 

Alors pendant qu’autour de nous les choses n’ont plus vraiment de sens et que les plus ancines d’entre nous trouvent que c’était mieux avant, certains ne se posent pas de questions et avancent sans se retourner en vivant à fond leur passion. Te proposer une chronique pleine d’espoir , de belles images et surtout sans queue ni tête, ca c’est fait.

 

Thanks to Roman and all the team of GravityKing to let us share a part of their story… Credits pictures, text and videos GravityKing.ch … See U on the Road guys.

 

 

Et Pendant ce temps là…

Pendant que Manu Club prez’ nous bassine avec ses montres, pendant que le prince de Hanovre devenait enfin un homme (bah oui au dires de certains, on devient un homme quand on se marie), pendant que la semaine dernière Mister VTG tombait sur un os et y laissait une chambre à air et un nettoyage de pneus, pendant que notre lecteur Alex du Var recevait des échantillons pour la moquette de la prochaine Bourse de Valence (Tof, c’est bon pour la moquette violette le Sud s’organise…) et pendant que la semaine dernière je te laissais sans chronique….

 

ants.jpg

Et bien pendant ce temps là , déjà je me suis posé la question de savoir si cette chronique du Mercredi devrais continuer tant cela a eu l’air de vous perturber que j’oublie purement et simplement d’en rédiger une la semaine dernière. Et puis je me dis que si comme moi la durée de cet hiver sans fin te tapes sur le système, tu as du comme moi la semaine dernière préférer te caler au coin du feu avec un bon bouquin plutôt que de glander sur la toile … Alors nous ferons abstraction de cet oubli…

 

Pendant ce temps là, j’ai donc profité d’un peu de temps libre pour avancer sur le projet de Gérald, mais aussi celui d’Anthony et de discuter avec Julien d’un projet qu’il avait en tête. Mais ce n’est ni le moment, ni l’endroit et nous reviendrons sur ces histoires de manière ultérieure. Donc avec quelques jours de temps libre j’ai enfin pu finaliser l’immatriculation française de Franck et ce n’est pas trop tôt.

Pour ce qui nous rejoigne en cours de route, Franck c’est notre petit Transporter air-cooled ramené de Hollande le 28 Octobre 2017. Je te laisse faire le calcul, nous sommes le 21 Mars 2018. Soit un total de quasi 5 mois pleins pour obtenir l’immatriculation définitive . Et ce n’est pas comme si j’avais trainé.

Ramené par la route un Samedi (on ne diras jamais assez qu’il faut aller voir les véhicules que vous achetez, premier test drive 400kms sans soucis… et depuis 3000 kms sans même une vidange- non j’ai pas honte) , le Lundi suivant j’étais au Contrôle technique histoire de valider une visite digne de ce nom sur le territoire national. Puis un tour aux impôts dans la foulée pour l’obtention d’un quitus fiscal. En parallèle un coup de fil à VW France pour l’obtention du Certificat de conformité (c’est que je voulais être en CG normale) et au passage aussi pour me faire soulager de 150 euros …

Une fois les documents en ma possession il ne me restait plus qu’à rentrer les éléments sur le génialissime site de l’ANTS. Un site hautement intuitif, qui vous demande tout un tas de justificatif ainsi que votre adresse mail. Un site qui après vous envoie 8 mails pour vous dire que votre dossier est pris en compte mais qui n’en envoie aucun quand il s’agît de rajouter un élément au dossier voire de régler l’addition. Pas que ca me plaise de lâcher du pognon à l’Etat mais si cela peut permettre de franciser dans les règles mon petit camion et de ne pas rouler en totale illégalité… Si certains d’entre vous galèrent avec le site en question et si vous avez des questions vous pouvez toujours envoyer un mail et nous vous aiderons…

The Rascals Cats ANTS HOtline- 26.50euros la minute, gratuit les 15 premières secondes

Pendant que le gouvernement nous mets des bâtons dans les roues avec leur site super pourri censé nous simplifier la vie mais tellement étudié pour pister tes moindres faits et gestes. Dans le feutré et loin des Flash-buzz-médias, Franck devenait un 8 places Français en carrosserie Break (pour la couleur on a dit rouge c’est rouge …). Manque plus que le chien et les marmots pour compléter la panoplie… Franciser mon petit camion après 5 mois d’attente, ca c’est fait.

Et Pendant ce temps là …

Pendant que les températures jouent au Yoyo au fond de mon jardin (c’est qu’à force on ne sait plus comment s’habiller et on va bien finir par prendre froid), pendant que sortait des presses le numéro 23 de Combi magazine, pendant que Paris perdait face aux Espagnols (c’est du foot, ca ne me passionne pas des masses mais les mecs déplacent les foules et j’ai peut-être des fans parmi vous alors …), pendant que certains préparent déjà le meeting de Ninove et pendant que de l’autre Atlantique une pièce maitresse pour mon petit T25 est en partance pour le vieux continent …

Ivan.jpg

Ivan0.jpg

Et bien pendant ce temps là, un peu de culture automobile ne nous fera pas de mal. Cette fois je t’emmène dans l’immensité du net (oui encore) pour te faire découvrir un autre endroit de perdition. Bien sur si tu y traines déjà rien ne t’empêche de lire la chronique en entier (tu n’y apprendras sans doute rien, mais quand on commence quelque chose c’est toujours bien de le terminer même si on a pas envie ou que l’on sait déjà). Comme certains d’entre nous (nous ne sommes au final plus qu’une poignée), Ivan fait de la résistance en animant de manière quasi journalière un blog (c’est vrai qu’à l’heure des réseaux sociaux cela peut prêter à sourire ). Un endroit mélangeant autos populaires, rassemblements au bout de la rue (ou plus loin, des fois la route est longue) et pickup ricains, le tout avec bon gout et passion et surtout parsemé d’illustration, car oui Ivan son fond de commerces c’est les images tracées au crayon (ici le terme crayon est générique … le gars il dessine quoi ).

Ce que j’aime chez Ivan c’est sa capacité à savoir apprécier les formes désuètes du 2CV, le style affirmé et 100%Japonais d’un Lowrider sur base peu commune ou encore son amour pour les Opels. Mais je ne t’en dis pas plus et te laisse découvrir en cliquant ICI l’univers d’Ivan en espérant que cette culture auto et cet enthousiasme mécanique te plaise autant qu’à moi… J’aurais pu t’en faire des caisses sur l’univers d’Ivan mais je me suis dit que plus ma chronique est courte plus tu auras de temps pour trainer ailleurs lors de ta pause café…

Te faire découvrir d’autres univers emprunts de mécanique et de passion, ça c’est fait …

 

Ps: Ivan si tu passes par là, je me suis permis de te chiper deux photos afin de servir mon propos du jour…